Alexandra Henrion-Caude, née le 16 octobre 1969 à Warwick au Royaume-Uni est une chercheuse française de l’Inserm, spécialiste en génétique, directrice de la plateforme technologique GenAtlas à l’Institut des maladies génétiques Imagine à l’hôpital Necker.

Biographie

En 1997, elle soutient sa thèse sur les gènes USF dans la régulation du glucose, et reçoit le Prix de la Fondation Nestlé. Elle poursuit sa carrière aux États-Unis en neurobiologie au Joslin Diabetes Center à Harvard Medical School à Boston et au Salk.

En 2013, elle devient boursière Eisenhower et explore les possibilités de diminuer les coûts en santé, comme les nouveaux contours de la science avec plusieurs Prix Nobel aux Molecular Frontiers sous l’égide de la Fondation Nobel, de l’Académie Royale des Sciences de Suède et de l’Université de Corée.

En 2015, elle contribue au lancement du manifeste du juste soin au juste coût. Ses interrogations sur la possibilité de construire des ponts entre les connaissances ancestrales et une médecine de pointe l’amènent en Afrique. Elle promeut l’engagement des femmes dans la science avec la Présidente de la République de Maurice, et démontre le défi que pose le changement climatique en matière de santé. Outre ses engagements personnels en bioéthique et dans le monde associatif, ses résultats concernent la maladie de Hirschprung, le syndrome de Ravine, les microARN dont les mitomiRs pour lesquels son étudiante Simonetta Bandiera reçoit le Prix de la Fondation Jérôme Lejeune