La Newsletter de Michel DOGNA

Une pneumologue roumaine bouscule le protocole Covid

La Dr Flavia Groșan, pneumologue à Oradea (département du Bihor – Roumanie) est l’un de ces médecins qui ne sont pas d’accord avec le protocole de guérison actuellement prescrit par le ministère [roumain] de la Santé, et en fonction duquel sont censés être traités les malades infectés par le Covid-19.
Laissant de côté cette prescription, elle guérit les patients infectés avec ses propres méthodes, en partant des connaissances qu’elle doit à son expérience de médecin, et tout semble indiquer qu’elle s’y prend très bien : son traitement a été appliqué à presque 1000 patients arrivant chez elle à des stades différents de la maladie causée par le SarS-CoV-2. 100% de ses patients ont guéri, sans la moindre prise en charge hospitalière.

La Dr Groșan déclare qu’elle traite l’infection par le virus SARS-CoV-2 comme une pneumonie atypique et déclare aussi que les hôpitaux commettent d’énormes erreurs, et que c’est en réalité le protocole Covid qui tue les patients.

Voici ce qu’elle dit :

“Dès l’annonce de la pandémie, mon but a été qu’aucun patient ne finisse intubé, car c’est un procédé qui entraîne la mort. J’applique mes traitements classiques médicamenteux, qui incluent la clarithromycine, un antibiotique de la famille des macrolides. Cette famille ne compte que trois antibiotiques : l’érythromycine, que tout le monde connaît, l’azithromycine et la clarithromycine. Je n’aime pas trop l’azithromycine, qui est une copie affaiblie de la clarithromycine. J’ai participé à des recherches cliniques très intéressantes sur les pneumonies, au cours desquelles j’ai pu constater le pouvoir qu’a la clarithromycine de réduire l’inflammation comme aucun autre antibiotique ne sait le faire.”

L’oxygénothérapie en question

La pneumologue fait remarquer que les surdoses d’oxygène administrées en milieu hospitalier provoquent des œdèmes cérébraux, qui constituent l’une des causes de mortalité des patients.

Elle déclare : “Au-dessus de 80% de saturation, je n’administre que de très petites doses d’oxygène à mes patients, de l’ordre de 2-3 litres par minute, sous la forme d’administrations quotidiennes courtes, de 4 à 5 heures tout au plus. Il faut en effet savoir qu’un excès d’oxygène inhibe le cerveau, car en général, c’est le cerveau qui contrôle notre corps, et non un appareil.
Sur ce point, j’ai été en total désaccord avec le protocole Covid en vigueur : les fortes doses d’oxygène qu’il prescrit, de l’ordre de 20 litres, conduisent à l’acidose, provoquant des œdèmes cérébraux chez les patients… lesquels, à leur tour, conduisent bien entendu à leur décès.”

Flavia Groșan dénonce comme une lourde erreur l’administration de Kaletra et de Codéine aux malades de Covid ; aussi elle dit :
“Heureusement, il y a eu quelques infirmières – celles que je considère comme de vraies héroïnes – qui ont observé les malades, et les ont avertis, leur conseillant de ne pas avaler le Kaletra et de jeter les médicaments. Après quoi, les médecins venant procéder à leur contrôle s’étonnaient de l’absence de diarrhée, et du fait qu’ils se sentent bien. La raison en était qu’ils n’avaient pas pris les médicaments prescrits par le protocole. C’est ainsi que ces soignantes ont véritablement sauvé la vie de leurs patients.”

En effet dit-elle :”Avec la codéine, la toux étant bloquée, le malade ne peut pas cracher les sécrétions qui se forment dans les poumons, et ce sont ces sécrétions qui l’étouffent – pas les caillots sanguins, mais l’accumulation des sécrétions. Arrivés à ce point, les malades, comme on pouvait s’y attendre, entrent en état de panique, car ils n’arrivent plus à respirer : du coup, on leur administre des calmants et on les place sur respirateur – à partir de là, il n’y a plus que la miséricorde divine pour les sauver !”

Le succès incontestable de la méthode du Dr Flavia Groșan l’a rapidement couronnée d’une popularité nationale. D’innombrables organes de presse ont rendu compte de son remarquable protocole. Pourtant, lorsqu’elle est passée sur une chaîne nationale basée à Bucarest, les journalistes ont adopté à son égard un ton plutôt hostile et accusatoire, mais elle est restée inébranlable. En conclusion de son entretien télévisé, la Dr Groșan a affirmé : “Les malades ont très peur, tout le monde veut être hospitalisé, alors qu’on peut guérir en restant chez soi et en prenant mon médicament.”

C’est exactement ce que fait faire la Dr Groșan dès l’apparition des premiers symptômes de ses patients, même avec une température très peu élevée, en les mettant sous clarithromycine.

Remarque sur une avant-première

Certains se rappelleront probablement d’une info que j’avais passée dans le courant 2020 venant d’une généraliste Savoyarde qui avait guéri une trentaine de patients atteints du covid en quelques jours seulement avec juste de l’azithromycine. Cet antibiotique, en outre curieusement utilisé aussi par le Pr Raoult, a de quoi étonner lorsqu’on sait que les antibiotiques ne marchent pas pour les virus.

Il a fallu que vienne par la suite une explication à partir d’études croisées ayant montré que la corona rendait une bactérie – bien tranquille de la flore intestinale – soudainement pathogène. Or, c’est cette bactérie qui attaque le sang en créant de multiples caillots, ceux-ci oblitérant progressivement la circulation pulmonaire et créant des embolies pulmonaires cardiaques ou cérébrales. C’est là que l’intervention d’un antibiotique devient logique et justifiée pour stopper cette bactérie en folie.

Mais évidemment cette information a été bloquée, car il fallait le plus de morts possibles pour amener – par la peur – le petit peuple au piège final, le faux vaccin ! En outre remarquez que le Pr Raoult met toujours en exergue son hydroxy chloroquine et parle beaucoup moins de l’azithromycine… A ne pas en douter, il doit avoir une bonne raison.


Qui est Michel DOGNA ?

MICHEL DOGNA, né en 1940, ancien ingénieur chimiste, Heilpraktiker de l’Université de Saarbrück et naturothérapeute, a enseigné pendant 10 ans la naturopathie holistique au sein de l’ Institut ISSA, qu’ il avait fondé en 1984. Il est le créateur de la société Source Claire qui promotionne, depuis 1994, une gamme de produits de santé naturelle bien connus.

Rédacteur en chef pendant 6 ans au journal “Vérités Santé Pratique”, devenu actuellement “Principes de Santé”, il y assure actuellement la rubrique “Aigle Moqueur”, ainsi qu’une intervention hebdomadaire dans “la newsletter du jeudi” d’ALTERNATIVE SANTE.

MICHEL DOGNA, connu pour sa pugnacité dans ses écrits et ses discours sans détours, au service de la santé naturelle, de l’alimentation biologique, de la défense de la condition animale, et de la sauvegarde de la planète en général, est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages, édités chez Guy Trédaniel.