DVD Film documentaire “A Good War”

20,00 TVA incluse

Prix TTC hors frais d’expédition.
=>Frais d’expédition France Métropole de 1 à 2 DVD ou 1 livre = 5,40 € TTC. Pour bénéficier de ce tarif, lorsque vous êtes dans votre panier, cochez la case “Forfait livraison spécial pour 1 à 2 DVD ou 1 livre”
=>Frais d’expédition France Métropole de 3 à 10 DVD = 9,60 € TTC . Pour bénéficier de ce tarif, lorsque vous êtes dans votre panier, cochez la case “Forfait petit colis”
=>Frais d’expédition Pays Francophones Canada, Québec, Belgique, Luxembourg, Ile Maurice, Suisse 1 à 3 DVD = 12 €. Pour bénéficier de ce tarif, lorsque vous êtes dans votre panier, cochez la case “Forfait livraison 1 à 2 DVD ou 1 livre”
Vous voulez devenir Revendeurs contactez-nous

(ATTENTION : Pour une commande de plus de 10 DVD, merci de nous contacter pour vous proposer un tarif d’expédition adapté)

Catégorie :

Description

L’autre vérité sur la Seconde Guerre Mondiale

A Good War !
Une série d’entretiens documentaires adaptée du livre Le Mythe de la Bonne Guerre de Jacques R. Pauwels.
DVD Film documentaire "A Good War"
DVD Film documentaire “A Good War”
Titre : A Good War !
Genre : Série documentaire
Épisodes : 6
Année : 2012
Durée : 180 (6×30) minutes
Support : SD 4/3
Langues : Français / Anglais
Réalisation et production : Marc Bielli

Synopsis

On dit de l’Amérique qu’elle est une terre de paradoxes. On ne s’étonnera donc pas que même l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale en général, et le rôle des États-Unis dans ce conflit en particulier, y sont traités de façon contradictoire.
D’un côté, il y a la vue manichéenne des évènements, reflétée surtout dans des productions hollywoodiennes du type Il faut Sauver le Soldat Ryan, mais également dans l’historiographie américaine conventionnelle ou « mainstream », où le camp de l’Amérique, le camp du bien, triomphe toujours.
D’un autre côté, il existe aux États-Unis une minorité d’historiens qui s’attachent à porter un regard plus nuancé et plus critique envers l’attitude de leur pays dans cette guerre.
Pour cette raison, on les appelle « révisionnistes », bien qu’ils n’aient rien à voir avec les « négationnistes » de la Shoah.  Parmi les révisionnistes les plus importants, on peut citer Gabriel Kolko, Gar Alperovitz, et Michael Parenti. En France, ces auteurs restent malheureusement pratiquement inconnus car peu de leurs livres ont été traduits en français.
Ces études américaines ont trouvé un écho au pays voisin des États-Unis : le Canada, où l’historien Jacques Pauwels, expatrié de sa Belgique natale, a écrit une synthèse de l’interprétation révisionniste de la Deuxième Guerre mondiale et du rôle des États-Unis dans cette guerre. Une édition  française de son livre fut publiée en 1995 sous le titre « Le Mythe de la Bonne Guerre ».
La série documentaire « A Good War ! » est une rencontre avec ce belgo-canadien qui s’est fait en quelque sorte le porte-parole francophone du révisionnisme historiographique américain.

Certains y verront peut-être quelques partis pris idéologiques. Pour l’auteur de ces lignes, il s’agit plutôt d’une « mise au point » de l’histoire, de rétablir un certain équilibre parmi les différentes interprétations des faits. Il s’agit avant tout de revenir sur plus de 60 ans d’explications tronquées, de faits oubliés par nos manuels scolaires. Et surtout, d’effacer cette rigidité manichéenne des évènements, renforcée systématiquement par les commémorations officielles et surtout par les films de guerre Hollywoodiens – car c’est avant tout avec le cinéma que nous apprenons cette histoire, en compagnie de John Wayne et du soldat Ryan, dans un bruit assourdissant de rafale de mitrailleuse.
La seule ambition de l’auteur de cette série est qu’au terme de celle-ci, chacun comprenne à quel point il est nécessaire de ne pas cesser de raisonner sur cet événement considérable qui nous offre les clés d’une meilleure compréhension du monde d’aujourd’hui. Essayer d’entrevoir pourquoi, depuis 70 ans, le monde n’a jamais véritablement connu la paix.
Pour que derrière les tambours et trompettes, nous apparaisse un monde un peu moins obscur.
DVD Film documentaire "A Good War"

Le livre Le Mythe de la Bonne Guerre

« L’irruption des Etats-Unis dans la Deuxième Guerre mondiale doit-elle être considérée comme une croisade contre la barbarie nazie, la lutte du bien contre le mal ? Jacques Pauwels, historien canadien, brise le mythe.
A ses yeux, les Américains étaient, en effet, loin d’être inintéressés par les ressources économiques et la dimension géostratégique des régions qu’ils allaient libérer. Ils débarquèrent donc avec une idéologie, des vues politiques, une conception des rapports sociaux à préserver et, bien entendu, avec l’idée qu’il fallait assurer les intérêts de leurs entreprises et du capitalisme américain.
La crainte de l’expansion communiste et le désir d’en limiter les effets ne furent évidemment pas étrangers à cette philosophie interventionniste. Ce livre brise l’image d’Epinal du libérateur américain venant mourir sur les plages de Normandie dans un but uniquement philanthropique.
Une contre-histoire de la Deuxième Guerre mondiale qui modifie radicalement notre vision du XXème siècle et offre un nouveau regard sur l’époque actuelle. »

Réf. 4ème page de couverture, « Le Mythe de la Bonne Guerre » – Editions Aden

le-mythe-de-la-bonne-guerre
Jacques-R-Pauwels Qui est Jacques R. Pauwels ?

Jacques R. Pauwels est né en Belgique en 1946. Il y fait ses premiers pas universitaires en obtenant une licence d’Histoire en 1969.
C’est cependant au Canada qu’il poursuivra ses études jusqu’au Doctorat, en 1976.
Spécialisé dans l’histoire de l’Allemagne contemporaine, le Troisième Reich en particulier, la proximité du géant états-unien va l’amener à analyser la conduite de celui-ci pendant la Seconde Guerre Mondiale.
C’est en 2002, après un second cursus universitaire en Science Politique, que Jacques Pauwels publie « Le Mythe de la Bonne Guerre ». Il sera traduit en six langues.
Jacques R. Pauwels a publié une dizaine de livres et de nombreux articles. Voir son site.
Il a enseigné l’Histoire et les Sciences Politiques dans plusieurs universités canadiennes.

Cursus universitaire :
Licence en Histoire – Université de Gand, Belgique (1969)
Doctorat en Histoire – Université de York, Toronto, Canada (1976)
Maîtrise en Science Politique – Université de Toronto, Canada (1984)
Doctorat en Science Politique – Université de Toronto, Canada (1995)