mardi 27 novembre 2018

Robert F. Kennedy Jr. gagne un procès contre le gouvernement américain pour violation de la législation sur l’innocuité des vaccins !

Del Bigtree, fondateur de l’Informed Consent Action Network (ICAN), s’est associé à Robert F. Kennedy Jr. pour s’attaquer au gouvernement américain en intentant une poursuite contre le Department of Health and Human Services (DHHS) pour violation de la sécurité des vaccins, et ils ont gagné. C’est une grande nouvelle pour tous ceux qui s’intéressent à la question de l’innocuité des vaccins.
Il s’avère que l’agence fédérale néglige ses obligations en matière d’innocuité des vaccins depuis plus de 30 ans.
Le procès intenté par RFK Jr. prouve que la “sécurité vaccinale” telle que nous la connaissons n’est rien de plus qu’une imposture.
Les organismes gouvernementaux chargés de protéger le public ne font pas leur part pour assurer et améliorer l’innocuité des vaccins, mais seront-ils tenus responsables de leurs actes ?

JFK Jr. et ICAN s’attaquent au DHHS :
Comme l’expliquent des sources, une clause de la Loi nationale de 1986 sur les traumatismes liés aux vaccins chez l’enfant (NVICA) oblige le DHHS à assumer la responsabilité d’améliorer l’innocuité et l’efficacité des vaccins et charge l’Agence de la surveillance et de l’amélioration constante de la notification des effets secondaires.
La clause du Mandat pour des vaccins plus sûrs pour les enfants charge également le DHHS de fournir tous les deux ans au Congrès un rapport sur les améliorations apportées dans ces domaines.
RKF Jr. et ICAN auraient soupçonné le DHHS de ne pas s’être acquitté de cette responsabilité et auraient déposé une demande en vertu de la Freedom of Information Act pour obtenir les dossiers de ces rapports biannuels.
Pendant huit mois, le DHHS a tenté de bloquer leur demande et a refusé de fournir des informations.
En fin de compte, une poursuite a dû être intentée.

Comme le dit un document de l’ICAN :
L’ICAN a donc été contraint d’intenter une action en justice pour obliger le HHS à fournir des copies de ses rapports bi-annuels sur l’innocuité des vaccins au Congrès, ou à admettre qu’il n’a jamais présenté ces rapports. Le résultat de cette action en justice est que le Ministère de la santé a finalement dû admettre – ce qui est choquant – qu’il n’a jamais, même pas une seule fois, présenté au Congrès un seul rapport biennal détaillant les améliorations apportées à la sécurité des vaccins.
Cela en dit long sur le sérieux avec lequel l’innocuité des vaccins est traitée au HHS et renforce la préoccupation que le HHS n’a aucune idée du profil d’innocuité réel des 29 doses de vaccins administrées à l’âge d’un an, qui sont maintenant en augmentation.

Bien qu’il ait été chargé d’enquêter et d’améliorer l’innocuité des vaccins, le DHHS n’a apparemment pas réussi à s’acquitter des aspects les plus fondamentaux de cette obligation en ne déposant aucun rapport au cours des trente dernières années. 

Trois décennies se sont écoulées depuis la mise en place du NVICA, et le DHHS n’a jamais levé le petit doigt en faveur de l’innocuité des vaccins – une question qui devrait être une priorité absolue, d’autant plus que le NVICA fait abstraction des responsabilités des entreprises en cas de préjudices dus à un vaccin.

Donc, non seulement le gouvernement donne carte blanche aux grandes sociétés pharmaceutiques pour ce qui est des préjudices liés aux vaccins, mais un autre organisme, chargé de protéger le public contre les vaccins, a complètement perdu la boule.
L’ICAN signale en outre que le DHHS ne s’est pas entièrement soustrait à ses responsabilités en matière de vaccination : L’organisation aurait pris très au sérieux son obligation de promouvoir la vaccination, en dépensant des milliards de dollars et en publiant régulièrement des rapports sur les moyens d’augmenter les taux de vaccination.

Comme l’indique plus loin ICAN :
Malheureusement, le ministère de la Santé et des Services sociaux a choisi de se concentrer sur son obligation d’accroître l’utilisation des vaccins et de se défendre contre toute allégation selon laquelle les vaccins causent un préjudice au Programme national d’indemnisation pour les vaccins contre les préjudices (aussi appelé le tribunal des vaccins) à un point tel qu’il a abandonné ses responsabilités en matière de sécurité vaccinale.
Si, comme l’a confirmé la Cour cette semaine, le Ministère de la santé ne s’acquitte même pas de la simple tâche de déposer un rapport bi-annuel sur l’amélioration de l’innocuité des vaccins, il y a peu d’espoir qu’il s’attaque à la tâche beaucoup plus difficile d’améliorer réellement l’innocuité des vaccins.

Le DHHS sera-t-il enfin tenu responsable de son échec, ou l’industrie des vaccins continuera-t-elle à répandre ses injections toxiques sans craindre que le gouvernement ne le surveille ?

Pour plus d’informations sur les atrocités qui se cachent derrière les vaccinations, consultez nos nombreux articles à ce sujet.

Article original par Vicki Batts, Natural News Traduction et ajouts par Valentin Melchisédech, Chercheurs de Vérités

 


Les vaccinations forcées peuvent désormais être  légalement stoppées : aucun contrôle d’innocuité depuis 32 ans

Voici les énormes implications légales et pratiques de cette victoire juridique pour le peuple américain [1] : comme stipulé dans l’article, ce sont les implications de la victoire : AUCUN PARENT NE PEUT ÊTRE TENU D’ACCEPTER DE VACCINER SES ENFANTS S’IL N’EXISTE AUCUNE PREUVE D’ÉTUDES D’INNOCUITÉ APPROPRIÉES.

Cette affaire peut désormais être légalement citée par tous les parents frauduleusement chargés de faire vacciner leurs enfants pour l’école ou toute autre activité par tout gouvernement / règlement / exigence organisationnelle, selon lesquels ils en auraient l’obligation, pour mettre un terme à la vaccination forcée de leurs enfants.

Décision de justice : Cas 1: 18-cv-03215-JMF Document 18 déposé le 07/09/18

L’avocat spécialisé dans les préjudices dus aux vaccins, Robert F. Kennedy Jr. et Del Bigtree, producteur du documentaire anti-vaccin supprimé, intitulé Vaxxed and the Informed Consent Action Network (ICAN) [2], sont crédités de cette victoire. Ils ont exigé les documents gouvernementaux pertinents prouvant que tous les vaccins approuvés par le gouvernement fédéral avaient été testés pour leur innocuité au cours des 32 dernières années et… il n’y en avait aucun.

Un récent procès aux États-Unis a révélé qu’il n’y a pas eu de contrôle d’innocuité des vaccins fabriqués par Big Pharma depuis au moins 32 ans. Le taux d’autisme devraient baisser considérablement maintenant que les parents peuvent cesser de faire injecter du poison à leurs enfants.

Les énormes implications légales et pratiques de cette victoire juridique pour le peuple américain sont comme suit :

  • ceci signifie que le ministère de la Santé et des Services Humains (DHHS) [3] et tous les fabricants de vaccins mentent au peuple américain depuis plus de 30 ans au sujet de l’efficacité et de la sécurité des vaccins ;

  • ceci peut signifie, en fin de compte, que la poursuite de l’existence — au moins dans leur forme actuelle — de cinq agences américaines de «santé» est désormais mise en doute. Il s’agit du CDC [4], de la FDA [5], de l’OIM [6], des NIH [7] et du service «santé» du DHHS lui-même ;

  • cela peut également menacer l’existence de commissions médicales d’État et des guildes médicales exclusives comme l’AMA [8] :

  • Cela signifie que les fabricants de vaccins ont été frauduleusement exemptés de ce que tous les autres fabricants de médicaments pharmaceutiques ont été contraints de faire s’agissant du renouvellement semestriel de la certification de l’innocuité et de l’efficacité — ce qui signifie que LEURS VACCINS N’ONT JAMAIS ÉTÉ TESTÉS POUR L’INNOCUITÉ ET N’OFFRENT AUCUNE PREUVE DE SÉCURITÉ OU D’EFFICACITÉ DEPUIS PLUS DE 30 ANS ;

  • Cette affaire peut désormais être légalement citée par tous les parents frauduleusement chargés de faire vacciner leurs enfants pour l’école ou toute autre activité par tout gouvernement / règlement / exigence organisationnelle selon lesquels ils en auraient l’obligation pour mettre un terme à la vaccination forcée de leurs enfants ;

  • Cette affaire peut désormais être légalement citée par tous les employés obligés par leur employeur de se faire vacciner afin de conserver leur emploi ;

  • Cette affaire peut désormais être légalement citée par tous ceux qui demandent une indemnisation pour un préjudice dû aux vaccins, ce qui rend probable la faillite légale de l’industrie des vaccins pharmaceutiques — comme Bayer-Monsanto après la victoire juridique décisive remportée par le paysagiste mourant à San Francisco, il y a plusieurs semaines — ainsi que la baisse brutale de leur valeur boursière ;

  • L’avenir de la médecine allopathique sous sa forme actuelle est maintenant mis en doute, ainsi que celui du cartel pharmaceutique mondial, puisque presque tous les médicaments prescrits par les praticiens allopathiques proviennent de sociétés pharmaceutiques qui ont également commis l’escroquerie vaccinale et causé des préjudices ;

  • L’existence des médias d’information traditionnels de l’État Profond sera désormais également menacée puisque 70% de leurs revenus proviennent du cartel pharmaceutique mondial qui en Amérique a été responsable de 750 000 à 1 million de sacrifices humains par an pendant au moins le dernier demi-siècle ;

  • Le taux d’autisme va probablement chuter, libérant le peuple américain [9] d’une autre débilité profonde provoquée par l’État, et fournir des preuves supplémentaires que l’autisme de masse est causé par la vaccination ;

  • Tous les responsables gouvernementaux qui ont adopté des lois légalisant la fraude vaccinale au niveau des États fédérés et aux niveaux national ou international, ou qui ont autrement aidé et encouragé cette fraude vaccinale peuvent désormais être accusés de fraude, de méfaits criminels et, dans certains cas, de crimes de guerre en vertu du Code de Nüremberg. [10]

Contribution

Cette lettre de Dawn Bell, une professionnelle américaine de la santé, prévient que les vaccins ne sont pas sûrs et deviennent inefficaces après 10 ans. Elle dit que sa fille a été rendue infirme par la vaccination. Lors de la récente épidémie d’oreillons, 100% des cas d’oreillons étaient des étudiants qui avaient TOUS été vaccinés à 100%. 90% (9 sur 10) des personnes décédées de l’épidémie de grippe de l’année dernière avaient reçu le vaccin contre la grippe.

L’immunité collective ne peut être atteinte que lorsque 85% de la population est immunisée contre une maladie. Les vaccins ne sont bons que pendant environ 10 ans, à un maximum absolu de 20 ans, de sorte que la plupart des personnes de plus de 20 ans ne sont plus immunisées. Alors maintenant, vous avez créé une situation de «fausse» immunité.

Ceux qui contractent la varicelle sont immunisés à vie, ceux qui sont inoculés par les vaccins ne le sont pas. Je crois, peut-être, à votre grande surprise, que les vaccins peuvent et ont sauvé des vie. Cependant, pensez au moment où les médecins diffusent des antibiotiques comme du pop-corn au cinéma, cela a commencé à avoir un effet néfaste sur notre système immunitaire et nos intestins. Il est probable que la même chose pourrait commencer avec la l’utilisation abusive des vaccins.

Pour les maladies vraiment mortelles, je suis tout à fait pour, mais ils ont commencé à faire tellement d’argent qu’on devait tout à coup commencer à se faire vacciner pour tout, même pour les maladies infantiles quotidiennes et pour des trucs comme l’hépatite B à l’âge d’un jour, rien que ça ! L’augmentation de l’autisme et d’autres maladies sensorielles a été ahurissante, ainsi que les troubles auto-immunes de l’enfance.

32 personnes tombent malades d’e.coli et la FDA dit à tout le monde d’arrêter d’acheter de la laitue romaine, mais des milliers signalent des problèmes avec les vaccins et elle ne prête pas attention à qui tire les ficelles. Ensuite, tout le monde est surpris lorsque les gens se fâchent et commencent à poser des questions.

Je suis ergothérapeute et j’étais toujours d’accord pour les vaccins jusqu’à ce que je regarde ma fille perdre la capacité de parler tout de suite après un vaccin. Je disais à tout le monde que c’était une coïncidence jusqu’à ce que je le voie de mes propres yeux avec mon propre enfant. Ils n’ont JAMAIS fait d’études sur l’innocuité de ces vaccins. Ils n’ont JAMAIS étudié la prise combinée de ces vaccins.

C’est une question de bon sens que tous ces vaccins administrés à un enfant dont le système immunitaire et le système neurologique sont en développement pourraient causer des problèmes. C’est le mensonge sur cette question qui inquiète vraiment tout le monde. Quand ils disent que des études d’innocuité ont été faites alors que personne ne peut les trouver, Kennedy propose alors une prime à tous ceux qui démontrent qu’ils l’ont fait. Sans surprise, personne n’a pu les produire d’où ce procès et, bien sûr, ces études n’ont pas été menées. Mon gynécologue-obstétricien m’a dit que le vaccin contre la grippe a été étudié et s’est révélé sûr pendant la grossesse.

Alors je vais travailler comme infirmière ouverte au vaccin contre la grippe et devinez quoi ? Il est clairement indiqué qu’il n’avait pas été étudié chez les enfants ou les femmes enceintes et que s’il est administré à une femme enceinte, on doit téléphoner pour la faire enregistrer. De plus, sur le devant de la boîte, l’indication était de ne PAS donner aux enfants de moins de 5 ans ! Je pourrais continuer, mais je terminerai avec «Avez-vous regardé la vidéo du CDC approuvant le vaccin contre l’hépatite ?» Sinon, vous devriez, car c’est extrêmement intéressant ! Tout d’abord, ils donnent le vaccin aux bébés d’un jour alors qu’il n’a jamais été approuvé pour les moins de 18 ans. Lorsqu’on leur demande si c’est sans danger de l’administrer avec d’autres vaccins, ils disent qu’ils ne savent pas, mais qu’ils supposent que c’est généralement sans danger comme les autres vaccins. Puis, interrogés sur le «nouveau» gène muté, ils disent la même chose : «Nous partons du principe que c’est sans danger comme les autres vaccins». Interrogés ensuite sur les marqueurs cardiaques et auto-immunes vus dans leur étude interne, ils reconnaissent avoir vu les marqueurs et avoir l’intention de les observer pour déterminer, en décembre 2020, s’il n’y avait pas de problème ; mais, en attendant, il était inoculé aux bébés d’un jour. Alors oui, il y a des préoccupations qui doivent être abordées au sujet de l’innocuité des vaccins et je suis ravie que ce soit enfin réglé !!!

Traduit de l’anglais par BibiCabaya (21 mai 2020)

Source : Tap News http://tapnewswire.com/2020/05/u-s-govt-loses-landmark-vaccine-lawsuit/, publié le 18 mai 2020.

Liens :

ICAN – les bases du procès
LA PLAINTE (001-COMPLAINT-against-Centers-for-Disease-Control-and-Prevention)
LE JUGEMENT (Stipulation-and-Order-Fully-Executed)